Català Español Français

    •  
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel
    • Ajuda al Sahel

    •  
    • Login 
    • Pass  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  

 

    

 

(2019-2) Nous avons reçu du directeur de l’école de Bandiagara la demande d’hĂ©bergement dans la ville de Bandiagara de deux filles de Tirelly (qui font partie du pays Dogon) afin de pouvoir Ă©tudier Ă  l’école de Bandiagara. Nous avons envoyĂ© l´argent pour acheter l´uniforme, le matĂ©riel et payer l´hĂ©bergement pour tout le cours. Sur la photo, ils sont avec leur mère et Ă  Bandiagara.

Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
 

 

(2019-1) Nous avons reçu du directeur de l’école de Dourou, que nous connaissons dĂ©jĂ  de nos visites Ă  Pays Dogon, une demande de financement pour acheter du matĂ©riel scolaire nĂ©cessaire pour l’annĂ©e scolaire de l’école entière, la situation actuelle dans le pays ne le permet pas. aux familles pour obtenir de l´argent pour leur achat. Avec un surplus de l´argent envoyĂ©, ils vont peindre les ardoises des classes.

Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
  

 

(2018-1) Nous avons construit des latrines dans l’école de Bandiagara, à cause du conflit, nous essayons de permettre aux étudiants d’être dans l’école avec le maximum de services.

Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
Ajuda al Sahel
 

 

(2017-1) Les affrontements entre groupes ethniques, principalement entre Dogon et les Peuls dans notre zone d’influence, continuent à ne maintenir que la tâche du Père Michel, qui forme des garçons et des filles au Centre de formation professionnelle. Nous restons en contact avec nos personnes de confiance qui effectuent de petites réparations pour conserver le travail que nous avons effectué.

 

(2016-1) Nous continuons Ă  former des enfants au centre de formation professionnelle Père Michel de Bamako, la situation politique et sociale actuelle ne nous oblige pas Ă  faire davantage d´activitĂ©s. Il y a eu quelques changements d´Ă©lèves mais nous continuons la tâche